Des pancakes pour guérir du glaucome

Des pancakes pour guérir du glaucome

Ce ne sont pas des cuisiniers qui se sont attablés autour de plusieurs recettes de pancakes, mais bien des chercheurs ! Et oui, ça cuisine au labo. Ils étudient la mécanique des fluides pendant la cuisson de pancakes pour mieux comprendre les interactions des liquides sur des « feuilles souples » telles que celles dans l’œil humain, et donc mijoter une technique efficace pour la chirurgie des glaucomes.

Un glau-quoi ?

On en parlait dans notre dernière émission ; un glaucome est une maladie dégénérative du nerf optique qui entraîne une perte progressive de la vue, de la périphérie au centre de l’œil. A la normale, l’humeur aqueuse (liquide biologique transparent à faible viscosité) est régulièrement évacuée par le trabéculum (un tissu de fibres collagènes) mais en cas de glaucome, ce tissu à tendance à s’obstruer et la pression intra-oculaire augmente. Pour y remédier, une des solutions existantes est la chirurgie que les spécialistes en ophtalmologie ne cessent de vouloir améliorer.

Et les pancakes dans tout ça ?

Les chercheurs Bouremel et Peng Kaw de l’Institut UCL au Royaume-Uni ont analysé l’aspect de nombreux pancakes issus de 14 recettes différentes, tout en faisant varier les quantités d’ingrédients. Vous avez dû remarquer que les pancakes ne sont pas toujours tous beaux, pas toujours tous semblables, pas toujours tous « réussis »… M’enfin, tant que c’est bon… ! Bref, l’apparence des pancakes dépend de la manière dont s’échappe l’eau de la pâte durant la cuisson, un processus qui varie selon son épaisseur.

Les scientifiques ont alors observé que lorsque la pâte est épaisse, des cratères irréguliers se forment à la surface du pancake – la vapeur d’eau se retrouve piégée et forme des « bulles » pour soulever inégalement votre pancake de la poêle. Une pâte plus diluée, en revanche, donne au pancake une couleur uniforme et une surface lisse, voire même dessine un anneau sombre sur les bords extérieurs où la pâte est la plus fine.

A travers ces expériences, l’équipe espère mieux comprendre la mécanique des fluides sur des « feuilles souples » afin d’améliorer la technique de chirurgie du glaucome procédant à la création d’une voie d’évacuation en coupant la sclérotique (membrane blanche de l’œil).

Marion Guillaumin

En complément, voici, en plus d’une recette de pancakes, la présentation de l’expérience en vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retour en haut