L’oiseau des villes et l’oiseau des champs

L’oiseau des villes et l’oiseau des champs

Le bruant chanteur semble plus agressif en ville qu’à la campagne. Ce n’est pas à lasortie de boîte de nuit après un long moment en état d’ébriété, ni dans les bouchons sur le périphérique que les chercheurs en Ecologie comportementale ont fait cette observation.

Cet oiseau, de nom latin Malospiza melodia, présente un comportement agressif envers ses congénères dans les rues citadines, indépendamment de la densité de la population. Certes, chez l’être humain, un tel stress peut être induit en ville en raison d’une surpopulation et des conséquences qui en découlent. Mais pas pour notre bruant.

Pourquoi tant de violence ?

Une équipe de chercheurs a mesuré les réponses des oiseaux face aux enregistrements d’autres mâles. Concrètement, ils ont dénombré le nombre d’approches et d’attaques des oiseaux envers le haut-parleur. Résultats : les agressions seraient liées à la disponibilité de nourriture dans l’environnement de cette espèce de passereaux. En effet, ils seraient plus querelleurs en ville où les ressources sont plus riches et abondantes qu’en milieu rural. Or, les scientifiques ignorent si l’origine de cette agressivité est une offensive (territoire plus précieux ?) ou une défensive (les ressources attirent les voleurs ?).

Bref, cher bruant, la solution serait peut-être de préférer le bio non ?

Marion Guillaumin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retour en haut